Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

Livre : "Prendre pied, tenir ou mourir !"de Michel Giard

24 Mars 2012 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #FNFL

 

9782355930850.jpg

 

extrait d'une recension de Henri Laffite , du site http://www.mathurin.com/article3140.html

 

"

...

Car l’intérêt de l’ouvrage tient, sur la base d’un gros travail de vérification des données, sur tout le vécu humain de ces épisodes impressionnants. Il en est ainsi du lieutenant de vaisseau Jean Levasseur, qui, à bord de l’Aconit pourra venger ses camarades de l’Alysse et du Mimosa dans la chasse aux sous-marins ennemis.

Comment rester insensible au récit de l’arrivée de l’Aconit, du Mimosa, de l’Alysse et du... sous-marin Surcouf à Saint-Pierre, le 24 décembre 1941 ! Scène qui fait sens quand « le pilote reconnaît Pierre Perrin, un jeune Saint-Pierrais qui a fui le pays il y a quelque mois. » (p.53) Je me souviendrai toujours, pour ma part, de cet homme âgé qui aura voulu, à l’entrée de l’Écomusée de l’Île de Groix, à Port-Tudy me faire lire son journal de bord ; il était sur un de ces bateaux ; et ses larmes coulaient pendant que je lisais. Nous sommes tellement redevables du courage de ceux qui nous ont précédés. Moment tragique quand le 19 janvier 1942 coule le Surcouf et son équipage d’anciens pêcheurs, cent vingt-six marins soudain engloutis. Pages ô combien émouvantes !

Comment ne pas accompagner ému Marcel Legendre, qui quitte son Cotentin natal pour passer la ligne de démarcation et rejoindre la Marine. ? « Dans le train qui l’emportait loin de son Cotentin, Marcel Legendre songeait à (son) passé douloureux. S’apitoyer ne servait plus à rien. Il était condamné à avancer tout en conservant le sourire... » (p.69) Tourbillon d’humanité et d’effroi que l’auteur nous fait vivre ainsi, d’épisode en épisode. Méditation inéluctable à la mort de Gilbert Védy, alias Médéric, résistant qui montre « comment un Français peut mourir » : « N’était-il pas lui-même un exemple vivant et un reproche pour ceux qui parlent de Patrie, de France éternelle, d’intérêts sacrés de la Nation et qui par leur lâcheté, leur carence ou leur action sourde, les ont également trahis... » (p. 86) Terrible résonance...

Je me suis laissé entraîner dans la lecture de ces récits palpitants. T’es-tu jamais imaginé aux côtés de Robert Capa sur la plage d’Omaha Beach ? Des moments forts comme celui-là ne peuvent passer inaperçus. J’ai une pensée pour ceux qui aujourd’hui encore, la folie humaine n’ayant jamais de fin, risquent leur vie pour témoigner de ce qui se passe sur le terrain des opérations. Au détour d’un choc, parmi tant d’autres, « André Leloche », « un jeune Miquelonnais » à bord de l’Aventure : « le commandant s’est vu confier une curieuse mission : patrouiller d’Ouessant au Havre, pour récupérer les corps des noyés qui dérivent au fil des courants et les ramener en Angleterre pour identification. » (p.119) Autre image forte, dans cette furie, que celle des rescapés de la campagne de Normandie avec, parmi eux, « René Autin, un jeune type de Saint-Pierre et Miquelon qui a rejoint dès 1942 la France libre. » (p.134) René Autin que l’on retrouve, avec Georges Messanot, défilant avec le célèbre "4 commando" sous les ordres capitaine de corvette Kieffer à Paris, le 26 mai 1945. Sonnerie aux morts. « En cette minute d’intense émotion, chacun songe à tous ceux qui ont jalonné l’histoire du commando... » (p.159)....

"

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article