Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

Un ancien marin de la France libre se raconte

15 Novembre 2011 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #FNFL

Léguillac-de-l'Auche

Samedi 12 novembre 2011 Journal SUD-OUEST : link

 

 

551178_18401537_460x306.jpg

 

Vendredi dernier, à l'invitation de la bibliothèque, Jean-Jacques Gillot est venu relater les aventures des Périgordins des Forces françaises navales françaises libres, marins de la France libre entre 1940 et 1945. À l'aide de photos, il a rappelé qu'au cours de deux périodes, 1941 et 1943, 72 marins des Forces navales ont été des résistants à terre. Présent dans la salle, Georges Berger link  , qui a vu le jour en septembre 1924 à Léguillac-de-l'Auche de parents agriculteurs, a été l'un de ces marins. Avec détachement et modestie, il a conté son parcours.

Interné en Espagne

Il a retracé son parcours. Parti seul vers l'Afrique du Nord, à l'âge de 17 ans, d'abord refoulé en Espagne par les franquistes, il est revenu à la charge en se prétendant de nationalité belge. Il a été interné quelques mois dans le camp de Miranda-Elbro.

Mais le garçon voulait tellement rejoindre la haute mer qu'il s'est engagé dans la Royal Navy. Se disant déçu de cette courte expérience, il a déserté pour passer dans la marine de la France libre : « Je suis arrivé à Londres après avoir traversé l'Espagne et j'ai fait mes classes de matelot en Grande-Bretagne. »

Démobilisé en 1946, toujours à la recherche de nouveauté, Georges Berger a passé quelque temps à Paris, avant de partir aux Antilles où il fut imprimeur.

En 1953, il s'est marié à Fort-de-France, puis s'est installé en Nouvelle-Calédonie où il a développé une affaire de tourisme. Puis il s'est investi dans un chantier de construction navale en Australie. Revenu en métropole au cours des années 1980, il s'est établi à Perpignan et vient parfois en Périgord se recueillir sur la tombe des siens.

Jean-Louis Chanseau

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article