Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

Robert Montillaud, 93 ans, dernier acteur des glorieuses épopées du groupe Lorraine

20 Octobre 2011 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #FAFL

 

 


La Voix du Nord :link

 

 

robert-montillaud-93-ans-dernier-acteu-1382466.jpg

 


 

Dimanche matin, à Brebières d'abord, pour la cérémonie religieuse, puis face au mémorial érigé après la guerre par la section des Français libres de Douai,on s'est souvenu.

 

Presqu'à l'endroit même où, un certain 17 octobre 1944, se posa sur l'aérodrome de Brebières-Vitry la flotte aérienne du prestigieux groupe Lorraine. Un groupe qui participa au renom des ailes françaises au cours des combats aériens livrés dans le ciel du Moyen-Orient, d'Angleterre, de France et d'Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale.

Dimanche matin au pied du mémorial, Robert Montillaudlink  âgé de 93 ans, était là en vétéran, l'un des derniers acteurs des combats. Cet ancien du groupe Lorraine n'arborait aucune décoration ni insigne, ni uniforme militaire. Quelle humilité ! En homme effacé, car tout simplement resté fidèle à l'histoire et au général Guéguen, officier pilote qui le premier se posa sur le sol vitryen.

Robert Montillaud, évadé en 1940, rejoint vite l'Afrique du Nord, puis la Syrie, enfin l'Angleterre pour continuer le combat qui devait s'achever à Vitry.

Rendu à la vie civile, Robert se maria dans la commune voisine, Brebières, où il vit toujours.

Les rangs des combattants qui ont vécu la tourmente s'éclaircissent. Certes l'entretien de cet espace de recueillement est assuré par les services techniques et espaces verts de Brebières et de Vitry. Le conseil communautaire Osartis réfléchit au devenir et à l'avenir de l'aérodrome. « Nous entrons dans le temps de l'histoire, dans un temps où nous contemplons désormais les événements du passé, sous le regard des derniers témoins. Nous savons tous la douceur de la paix, la valeur de la vie et le prix du respect de nos semblables, mais aussi convaincre que la mémoire est la seule prévention contre la guerre. Nous restons fidèles à l'histoire pour préserver ce patrimoine du souvenir, fait de courage de souffrance et parfois de désespoir », a souligné Pierre Georget. • RENÉ JACQUES (CLP)

 


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article