Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

"Prisonnier des Français..."

7 Octobre 2010 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #FNFL

Un article du NordLittoral, le journal de la Côte d'Opale :

"Ancien des Forces Navales Françaises Libres

Un 14 juillet synonyme de Légion d'Honneur pour le Coulonnois Emile Nerva

mercredi 14.07.2010, 14:00

 

 

 

La traditionnelle cérémonie organisée par la commune en ce mercredi 14 juillet 2010 revêtira un caractère particulier. Nommé au grade de Chevalier dans l'ordre national de la Légion d'Honneur par décret du Président de la République en date du 27 avril 2010, Emile Nerva, citoyen d'adoption de Coulogne, recevra officiellement la prestigieuse décoration au Square du Souvenir des mains du Général Jean-Michel Rommel.


« Cette nomination qui vous est conférée témoigne de la reconnaissance de la marine pour les services distingués que vous avez rendus » peut-on lire sur le courrier qui lui est parvenu le 4 mai 2010 signé par le capitaine de vaisseau Frédéric Paillat, chef du bureau "réserve militaire" de la Marine Nationale à Toulon.
Toulon, c'est justement ce port où Emile Nerva se présenta le 10 juillet 1939 après avoir souscrit un engagement pour 5 ans dans la Marine Nationale quelques jours plus tôt à Nice. Breveté provisoire mécanicien, il embarque le 31 juillet sur le contre-torpilleur "Vauban". L'orage de la guerre menace en Europe et, le 3 septembre 1939, lorsque le conflit éclate, l'unité où il se trouve est désignée pour escorter les convois entre la France et l'Afrique du Nord.
Le 17 novembre de la même année, nouvel embarquement, cette fois sur le torpilleur "La Trombe". D'autres suivront jusqu'au 16 mai 1940 sur l'aviso "Bougainville" alors que sur le théâtre d'opération de la métropole, l'armée française est en train de céder face à la ruée des panzers.

Prisonnier des Français...

Le chaos est indescriptible et, bientôt l'armistice signée par le Maréchal Pétain tombe comme un couperet. Lorsque le général de Gaulle lance son Appel du 18 juin 1940, Emile Nerva est à Dakar. L'équipage veut rejoindre un port anglais mais le commandant du navire y est opposé. Le 23 septembre 1940, tandis que le souvenir de la tragédie de l'attaque de la flotte britannique contre les bâtiments ancrés dans la rade de Mers-el-Kébir est encore très vive dans les mémoires, c'est à Dakar, précisément, qu'une tentative d'unités françaises libres appuyées par la Royal Navy va rencontrer cette fois un cuisant échec face aux forces du gouvernement de Vichy.
Le 11 septembre 1940, Emile Nerva est arrivé à Libreville au Gabon. A terre, il fait partie, avec des tirailleurs sénégalais, d'un détachement chargé de défendre l'aéroport de la ville. Ayant échoué à Dakar dans sa tentative de rallier l'Afrique Occidentale Française (AOF) à la France libre, de Gaulle envoie une force destinée à s'emparer de l'Afrique équatoriale et du Gabon. Elle y parviendra dans la nuit du 8 au 9 novembre 1940. Un terrible duel fratricide s'engage. « Mitraillés à plusieurs reprises, nous ripostons avant de nous replier dans la brousse et les marigots. Puis le cessez-le-feu intervient et nous jetons armes et munitions sur ordre de notre commandant avant de nous rendre au corps franc libre. C'est alors que nous apprenons que notre unité, "Le Bougainville" a été détruit par le "Savorgnan de Brazza" des Forces Navales Françaises Libres. Drôle de guerre... » racontait dans ces mêmes colonnes Emile Nerva le 17 juin 2007, la veille de se voir remettre lors de la commémoration de l'Appel du 18 juin la Médaille d'Honneur de la ville de Coulogne.
Dans cette drôle de guerre en effet, Emile Nerva devient prisonnier d'autres Français. On lui offre la possibilité de faire partie de la colonne d'un certain colonel Leclerc, le futur chef de la légendaire 2ème DB mais il refuse. Marin il est, marin il veut rester.

La rencontre
avec de Gaulle

Le temps passe et, finalement, le 1er mars 1941, alors qu'il se trouve à Douala, Emile Nerva s'engage pour les FNFL et demande à rallier l'Angleterre. Après un interminable voyage, d'escales en escales, il débarque à Liverpool puis rejoint Londres et ensuite Portsmouth où il embarque sur l'aviso "Commandant Dominé" affecté à de nombreuses escortes de convois sur l'océan Atlantique.
Il est à Beyrouth le 6 novembre 1942 lorsque le général de Gaulle, accompagné par le général Catroux, commandant en chef des Forces Françaises Libres du Moyen-Orient, monte à bord dans le cadre d'une tournée d'inspection. « Cette visite nous a singulièrement remonté le moral » note à ce propos Emile Nerva. Les escortes se succèdent jusqu'en août 1944 où le "Commandant Dominé" participe au débarquement de Provence avec pour mission de faire exploser des mines flottantes et d'escorter les barges et chalands chargés de troupes.
Le 27 août, au terme d'un éloignement de quatre ans et six mois, le voilà accomplissant l'instant attendu depuis si longtemps consistant à reposer le pied sur le sol de France. Démobilisé avec le grade de second maître de 2ème classe, Emile Nerva arrive à Coulogne chez ses oncle et tante.
Mécano au sein de l'entreprise "Tout le Bâtiment Nord" dont le siège est dans la commune, la vie civile lui permettra également d'occuper un poste de mécanicien à la station de pilotage de Calais puis sur les remorqueurs, une occasion pour ce monsieur à la mémoire toujours vive, né le 1er octobre 1921 à Fontaine dans le département de l'Isère, de retrouver la vie maritime et le souvenir d'états de service en temps de guerre qui lui ont valu bien d'autres distinctions (voir notre encadré) la reconnaissance de la nation en la remise, en ce mercredi 14 juillet 2010, de sa décoration la plus prestigieuse.
nerva
Décoré à de nombreuses reprises

Les états de service d'Emile Nerva lui ont déjà valu d'être titulaire de nombreuses décorations dont la Médaille militaire, celle de Chevalier du mérite, la Croix de guerre avec étoile d'Argent et de Bronze, la Croix du Combattant Volontaire de la Résistance, la Médaille de la France Libre, la Médaille Coloniale avec agrafe "Lybie", la Médaille des Engagés Volontaires 39/45 + Afrique, la Croix du Combattant Volontaire 39/45, la Croix du Combattant, le Titre de Reconnaissance de la Nation.
Officier mécanicien de 3ème classe de la Marine Marchande, Emile Nerva se verra également remettre en ce 14 juillet 2010 la Médaille commémorative de la Marine Marchande qui lui sera remise par Claude Hourcade, de la Fédération éponyme.


Hervé DEGUINES"
Emile-nerva-a-recu-la-medaille-d-honneu-576935.jpg
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article