Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

« Plutôt mort que vaincu ! »

13 Juin 2012 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #1ere DFL

 

 

Guerrier, mais aussi homme de dialogue, le général Koenig a connu une belle destinée.

Souvent présenté comme « Alsacien », Marie, Joseph, Pierre-François Koenig est en réalité né à Caen, en 1898. Son père, Joseph Koenig, facteur d’orgue originaire d’Altkirch, avait fui l’Alsace après la guerre de 1870. Il éleva son fils dans le souvenir de la terre perdue. Sa mère, franc-comtoise, ne transigeait pas sur les valeurs morales.

Dès l’âge de huit ans, le petit Pierre, son prénom usuel, affirme qu’il sera général. Devenu adolescent, alors que la guerre de 14-18 éclate, il veut partir au front. Ses parents l’en dissuadent, lui demandant de passer son bac d’abord. Dès l’examen obtenu, il s’engage. Sa mère lui déclare alors : « J’aimerais plutôt te voir mort que vaincu ! » Il reviendra victorieux.

Débute alors une brillante carrière militaire qui fera de lui un général sorti du rang. C’est une exception dans l’armée française. Après avoir servi dans l’infanterie puis les chasseurs alpins, Pierre Koenig arrive à la Légion. Il s’y couvrira de gloire.

En 1940, il fait partie de l’expédition de Norvège, puis, après la défaite, il est l’un des premiers à rallier le général de Gaulle à Londres, en 1940. Sa carrière s’accélère. Il témoigne d’un courage rare lors des combats fratricides de Syrie entre Français libres et troupes de Vichy. À cette occasion, il est aussi impliqué dans les négociations pour réconcilier les frères ennemis. Il s’en tire bien. De Gaulle s’en souviendra, lorsqu’après la défaite de l’Afrika Korps, il s’agira d’amalgamer les unités de l’armée d’Afrique et celles de la France libre pour fonder la nouvelle armée française.

 

.....

 

 

L'article complet est à lire sur http://www.lalsace.fr/actualite/2012/05/26/plutot-mort-que-vaincu

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article