Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

« On avait un campement au milieu des meules »

15 Août 2011 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #Leclerc

Ouest-France A la une d'Argentan http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_--On-avait-un-campement-au-milieu-des-meules-_-1907620------61006-aud_actu.Htm

 

 

 

 

 

al04_1906691_1_apx_470_.jpg

Alain Raphaël, link   à droite, lors de la cérémonie de commémoration à Fleuré, en compagnie d'un autre ancien, André Houel.

 

 

Alain Raphaël était dans les chars qui veillaient sur le général Leclerc, tout au long de la progressionde la 2e DB. Il avait 19 ans, avait rejoint la France libre un an plus tôt. Souvenirs.

Témoignage

« C'est émouvant de se retrouver ici. A la même heure environ, vers 16 h, le 13 août 1944, nous sommes arrivés à Fleuré. Presque aussitôt, le général Leclerc a demandé à Pierre Lafouchardière, le chef de section des chars légers, de l'accompagner. J'étais dans le 501e régiment de chars de combat. Nous sommes descendus à quatre chars, plus celui du général, vers les faubourgs d'Argentan. Nous étions pas mal avancés quand nous avons croisé des « spahis » qui nous ont dit que ça sentait mauvais, qu'il ne fallait pas que le général aille plus loin.

Le général est resté à l'abri, et nous sommes partis à deux chars en reconnaissance. A notre retour, le général n'était plus là. Quand nous sommes rentrés au PC (Poste de contrôle) de Fleuré, il a passé un savon! « Je vous ai rappelés, mais vous ne m'avez pas entendus! » Il faut dire que les radios ne marchaient pas toujours très bien. Et que le général était inquiet: le matin on avait perdu un char, il ne voulait pas en perdre deux de plus.

A Fleuré, le PC a d'abord été installé dans un champ, sur la hauteur. Les moissons avaient été faites, il restait des meules dans le champ. On avait monté le campement au milieu. Mais on était à la vue des Allemands, juchés sur les hauteurs d'Argentan, on s'est faits bombarder. Finalement, le général Leclerc a accepté qu'on recule le PC jusqu'aux premières maisons de Fleuré, pour être moins exposés.

Je tiens à dire que nous aurions pu entrer dans Argentan. Une section était parvenue à entrer jusqu'à la mairie. Ils en ont été chassés, parce qu'une relève allemande était arrivée avec des chars. Par ailleurs, il y avait une « bomb line », définissant une zone qui serait bombardée, Argentan était dedans. Il y a eu une lutte entre états-majors... rien n'y a fait. Nous avons vu la ville être bombardée... ensuite, nous avons pu y aller.

Et c'est du PC de Fleuré, l'un des plus longs (souvent ils ne duraient qu'une journée ou deux), le 22 août au soir, que le général a donné l'ordre: « En route vers Paris! »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article