Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

"Leclerc infusait une telle autorité"

6 Mars 2011 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #Leclerc

G.L.C. - Le Journal du Dimanche

Samedi 26 Février 2011 link

 

Ancienne de la 2e DB, Rosette Peschaud entretient la mémoire du résistant et son esprit: honneur et camaraderie.

 

 

Sa vie est ici, entre les gravures, les bustes en pierre et les photos en noir et blanc du libérateur de Paris. Rosette Peschaud est vice-présidente de la Fondation Maréchal Leclerc de Hauteclocque. A 90 ans, elle passe ses journées avec les anciens de la 2e Division blindée. Ils ne sont plus très jeunes mais ils veulent perpétuer l’esprit Leclerc: honneur et camaraderie. Pour Rosette Peschaud comme pour les autres, c’est la prise de Koufra, en Libye, le 1er mars 1941, qui inaugure cet esprit. "A la suite de ce coup d’éclat, explique-t-elle, Leclerc a acquis une grande assurance dans son commandement. Son style était fondé sur le contact et la confiance réciproques. Leclerc pouvait tout demander à ses soldats. Il avait une grande force de conviction. Son regard bleu vous pénétrait et voyait en vous. Il infusait une telle autorité qu’il n’y avait aucune possibilité de lui résister."

La première fois que Rosette Peschaud entend parler de lui, la jeune femme a 22 ans et vit au Maroc avec ses parents. L’oasis de Koufra, tenue par les Italiens, vient de tomber. La grand-mère de Rosette lui dit alors qu’"il y a quelqu’un de grande valeur là-bas…". Deux ans plus tard, cet homme exceptionnel est au Maroc, où il crée la 2e DB. Rosette, qui écoute tous les soirs Radio Londres, s’engage fin 1943. Elle intègre le groupe Rochambeau, une section d’ambulancières de la 2e DB, et devient à cette occasion l’une des "rochambelles".

Sur le moment, le général Leclerc ne voit pas d’un très bon œil la présence de ces demoiselles qui portent pour la première fois tee-shirts et pantalons avec des braguettes. "Il était sidéré. Il nous a dit qu’il ne nous acceptait que “jusqu’à Paris”. Il croyait qu’on n’irait pas jusque-là! A l’époque, les hommes avaient le privilège du courage, les femmes celui de la sensibilité." Mais la détermination des 64 "rochambelles", qui risquent leur vie en montant au front chercher les blessés pour leur donner les premiers soins et les ramener dans les hôpitaux à l’arrière, force l’admiration du général. Elles le suivront jusqu’à Berchtesgaden, le "nid d’aigle" de Hitler. Rosette Peschaud ira même avec lui en Indochine avant de retourner vivre vingt ans au Maroc avec son mari link , colonel à la 2e DB.

 

Source photo : link

pesh.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article