Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

Le Français libre retrouve l'insigne perdu

9 Novembre 2010 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #FNFL

Journal Ouest-France du samedi 6 novembre 2010
> Edition : Morbihan - Rubriques : Départementale :

 

Isidore Aubert link  va récupérer son insigne France Libre. Une marque de reconnaissance perdue sur un quai de Newlyn en 1941.

 

L'histoire

Le départ des premiers Français à avoir répondu à l'appel du 18 juin 40 lancé par le Général de Gaulle a été commémoré cet été à Londres. Le Corbeau des Mers, ce sloop langoustier, parti de l'île de Sein, a retraversé la Manche avec un capitaine passionné, le Port-Louisien Daniel Le Lamer, et sept invités dont Laëtitia Scuiller, l'arrière petite-fille de Pierre Cuillandre, le premier propriétaire du bateau.

A Newlyn, port de Cornouaille anglaise, une Britannique a remis à Daniel Le Lamer un insigne perchoir portant le matricule 2321, avec mission d'en retrouver le propriétaire. C'est chose faite. Ce monsieur de 91 ans vit chez son fils à Talmont-Saint-Hilaire (Vendée).

Les Français libres qui s'engageaient recevaient un écusson. Isidore Aubert a signé dans la Marine en 1937. Le 1er juillet 40, il embarquait sur le Courbet puis ensuite sur les drageurs de mines 42 et 43. En 1941, ce combattant perdit sa broche sur un quai de Newlyn. Un mareyeur la ramassa. Peu avant son décès, en 1973, il demanda à sa petite-fille de trouver le Français à qui elle appartenait.

Les archives de la Marine, à Lorient, ont identifié le matricule 2321 et listé un certain nombre de Aubert. « J'ai fini du côté du Mont Saint-Michel et retrouvé sa demi-soeur grâce à la mairie de Sougeal », confie Daniel Le Lamer. Mardi, il remettra l'insigne à son légitime propriétaire : « Il avait fait une déclaration de perte, en avait reçu une autre. Mais la première était la plus belle, m'a confié ce vieux monsieur ».

 

Eric LE MARCHAND.

 

************************************************************************************************************

Mise à jour (dimanche 13 novembre 2010)

Ouest-France :  vendredi 12 novembre 2010 link  


 

L'histoire

Né le 8 mai 1919 à Sougéal en Ille et Vilaine, Pierre Aubert s'engage à 18 ans dans la marine pour cinq ans. A l'appel du général de Gaulle, en juin 40, il embarque de Dunkerque sur le cuirassé Courbet en qualité de second maître électricien et rallie les Forces navales françaises libres (FNFL). Il restera plus de huit ans en service effectif et sera libéré le 26 juillet 1945.

Entre-temps et parmi d'autres décorations, il reçoit la médaille de la France libre, à l'effigie de la Croix de Lorraine. Au cours des événements, il perd un jour cette médaille sur le quai d'un port d'Angletterre...

 

Un homme, un bateau : deux destins croisés

Le Corbeau des mers est un bateau, parti de l'île de Sein, pour rejoindre l'Angleterre le 26 juin 1940. Après son service, il est oublié. C'est le colonel Rémy qui le repère dans une vasière et le bateau retrouve une seconde vie, grâce à sa restauration entreprise par une association.

Le Corbeau des mers, beau voilier, navigue à nouveau lors de manifestations maritimes. Il appartient désormais au musée de la Résistance bretonne et il est classé « trésor national ».

C'est à l'occasion d'une escale dans le port de Newlyn que le skipper du bateau, Daniel Le Lamer, se voit remettre la médaille perdue de Pierre Aubert, par la petite fille du mareyeur anglais qui l'avait trouvée... et avec mission de la remettre à son propriétaire ! Avec pour seule indication, le numéro matricule inscrit au dos de la médaille, Daniel Le Lamer n'a eu de cesse de retrouver Pierre Aubert. Aujourd'hui, c'est chose faite. À l'hôtel de ville, ce 9 novembre, Daniel Le Lamer remettait la médaille à son propriétaire, avec le sentiment d'une « mission accomplie ». Et Pierre Aubert de conclure : « C'est une belle journée ». Tout simplement.

 

pierre-aubert.jpg

 

 

 

  

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article