Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

"Le dernier cours d'Histoire", Maud Haymovici,

7 Mai 2011 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #La France Libre

link  (www.aqui.fr/)

 

 

"Maud Haymovici enseignait l'histoire. Elle retissait le temps pour ses élèves, à qui elle contait les destins de ceux qui avaient été, héros ou anonymes, maillons de la grande chaîne. En ce temps là où Maud fut professeur, Haymovici n'était pas encore son nom. Du moins, elle si savante de l'Histoire du monde, était encore ignorante de tout un pan de son histoire à elle, et quel pan... celui qu'elle croyait fait d'ombre et qui se révéla, au soir de sa carrière, éclatant de la lumière blanche des victoires. De celle des trêves aussi, lorsque soudain le temps s'arrête et que la force des choses vous fait repartir en arrière, remonter le cours d'une histoire tronquée, trop longtemps amnésique, et découvrir enfin un amont inespéré. A 51 ans, Maud rencontre vraiment son père, jusque là aperçu plus que vu et craint surtout car annoncé fou par sa famille maternelle. A 51 ans, elle rencontre cet Edgard Darier  link   , qui se révèle enfin tel qu'il était. Ils sont alors deux adultes, se jaugeant à armes égales, tous deux retenus par leur pudeur mais aussi la blessure de s'être méconnus. Ils se vouvoient, mais n'ont finalement jamais été si proches. Commence alors pour Maud une quête de tous les instants, rendue fébrile par l'échéance, que tous deux sentent proche, de la disparition de ce père retrouvé. Et Maud retisse le temps, pour elle et pour ce père, né Edgard Haymovici, « fils de la vie », avant de devenir Edgar Darier, compagnon de la Libération*.
Edy avait grandi en Roumanie, Maud en Bretagne, à Pluvigner, sous la tendre tutelle du docteur Pascal, son grand-père, fervent républicain, respecté de tous et pour qui  «  la laïcité, loin de porter atteinte aux croyances [restait] la meilleure garantie de la liberté de conscience ».  Edy était juif, Maud élevée dans la foi catholique héritée de sa mère. Jusque là deux univers bien étrangers l'un à l'autre. Edy, lui-même médecin, avait épousé Suzanne, la fille du docteur Pascal, rencontrée sur les bancs de la faculté de médecine. Une première fille Catherine était née de cette union, avant-guerre, et une seconde, Maud, après la guerre et le retour d'Edy, et tout juste avant le divorce des parents, prononcé en 1948... Depuis cette date, un père absent dont on arrive à craindre les réapparitions soudaines, dans le mutisme des sentiments et l'incompréhension des malentendus. Maud dut se contenter longtemps de l'appréciation laconique de sa grand-mère quant à son père : «  Quel être ! » laquelle n'appela finalement jamais aucune contestation.  Et la vie s'écoula,  apparemment lisse, comme le rideau qui masquerait le désordre d'une pièce qu'on veut, envers et contre tout, bien rangée.

Il arrive pourtant parfois qu'un vent de bourrasque soulève un pan du rideau. Envolée timide qu'on juge anodine et qui pourtant insiste et force aux découvertes. Maud  se découvre alors, en même temps qu'elle redessine peu à peu les contours du visage de son père. Celui d'un homme dont les choix, sans concession, prenaient leur digne place dans les cohortes universelles qui façonnent la grande Histoire. Combattant, résistant, révolté : de ceux qui disent non quand il faut, quand bien même cet engagement engage aussi leur vie entière.  Comme ce père enfin révélé, Maud Haymovici dit non, par son travail de recherche  puis d'écriture de cette fantastique histoire de retrouvailles au-delà du temps. Elle combat le long saccage de l'oubli et de l'indifférence, retisse le lien, remettant les choses à leur digne place.  Car, comme elle l'écrit, «  les êtres et les choses n'en finissent pas de produire les rayons et les ombres, l'obscur et le clair de leur existence, comme si tout se tenait miraculeusement ». Un magnifique témoignage où s'entremêlent les émotions, et où la force d'un lien invisible enfin révélé s'entremêle à la trame de la grande Histoire des hommes.

Photos: Isabelle Archambault et Maud Haymovici, tous droits réservés.

Anne DUPREZ

Le dernier cours d'histoire, Maud Haymovici, l'àpart éditions 2011, [récit/histoire].
Maud Haymovici évoquera son livre sur France-Culture le 15 mai 2011 à 9h10, dans Maison d'études de Victor Malka."
* Edgar Darier n'est pas Compagnon de la Liberation link

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Auger 27/05/2011 17:24



C'est "classe" madame et j'ai pleuré.