Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

La France décore Madame Hélène Lebel (21/12/10)

4 Février 2011 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #La France Libre

 

 

 

"Discours de M. François DELATTRE,
Ambassadeur de France au Canada,
A l’occasion de la remise des insignes de Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur
à Madame Hélène LEBEL  link

(Montréal, le 21 décembre 2010)

Chère Hélène Lebel,
Monsieur le Consul général, Cher Pierre,
Chère Anne,
Madame la Consule générale adjoint, Chère Nathalie,
Monsieur le Président Brisebois,
Monsieur le Président Rousseau,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,


Il est des circonstances dans lesquelles la personne qui remet une distinction se sent autant sinon plus honorée encore que celle qui la reçoit. C’est le cas ce soir tant je considère comme un privilège pour moi le fait d’exprimer aujourd’hui la reconnaissance de la Nation à notre compatriote Hélène Lebel, une grande dame, une femme d’exception, une représentante de cette Résistance Française grâce à laquelle notre pays est demeuré un pays libre et un pays respecté.

Je voudrais remercier notre Consul général et Anne Robion pour leur chaleureuse hospitalité et saluer chacune et chacun d’entre vous, proches et amis d’Hélène Lebel, qui êtes rassemblés ici pour lui exprimer votre affection et votre admiration en ce jour important. Avec un mot particulier bien sûr pour ses enfants et ses petits-enfants, qui peuvent être si fiers de leur mère et grand-mère.

Chère Hélène Lebel, le 23 mai 1940, vous n’avez pas encore 15 ans quand vous devez quitter précipitamment la ville de Valenciennes face à l’avancée irrésistible des troupes allemandes.

Vous arrivez avec vos parents à Boulogne, après trois jours d’exode dans les conditions indescriptibles que l’on sait, sous les bombardements et sous la mitraille de l’aviation nazie. Vous embarquez alors sur un bateau de pêche, et après deux jours dans une mer déchaînée, sous les attaques incessantes de la Luftwaffe, vous atteignez enfin les côtes britanniques.

Réfugiée dans la banlieue sud de Londres, vous poursuivez vos études à Croydon. C’est aussi à Croydon que vous vous engagez dans le bénévolat auprès des prisonniers de guerre. Car le sens du devoir et le service des autres sont chez vous une seconde nature.

A 17 ans, en lisant un petit journal de la « France Libre », vous découvrez l’existence de volontaires féminins au sein des Forces françaises libres (saluer les autres anciens de la France Libre qui sont avec nous ce soir, comme M. Daoulas). Parce que vous êtes une patriote jusqu’au bout des ongles, et parce que vous croyez dans la France éternelle, celle qui poursuit le combat, vous décidez alors de rallier le général de Gaulle et vous vous présentez à Cartlon Gardens, le quartier général de la France Libre à Londres.

Vous êtes engagée le 22 février 1943 et vous commencez alors un entraînement de six semaines à Guildford, près de Londres, avec l’armée britannique. A l’issue de votre formation, vous rejoignez les Forces Françaises Libres. Vous êtes affectée ensuite au quartier général de l’armée de Terre, puis à celui de la Marine, où vous exercez diverses fonctions sensibles, s’agissant notamment des mouvements des navires, et servez également en tant qu’archiviste.

Après le départ pour l’Afrique du Nord du général de Gaulle, le 27 mai 1943, une partie du quartier général de la France Libre rejoint Alger. Pour des raisons de santé, et à votre grand regret, vous êtes malheureusement dans l’impossibilité de suivre vos camarades.

Vous ne vous découragez pas pour autant et décidez de continuer à servir notre pays en tant que secrétaire et archiviste au sein d’un organisme de la Justice militaire. Vous êtes finalement démobilisée le 22 juillet 1944, sept semaines après le débarquement en Normandie.

C’est à votre courage et à votre engagement inconditionnel au service de la Nation, à travers les pages les plus douloureuses de son histoire, que notre pays rend aujourd’hui un solennel hommage. Votre engagement est celui de la Résistance Française et de la France Libre, à qui nous devons une reconnaissance infinie et éternelle. Il a valeur d’exemple aujourd’hui encore pour nous tous, et notamment pour les jeunes qui doivent savoir quel est le prix de la liberté et quelle est aussi la valeur de la paix dont ils peuvent bénéficier.

Votre engagement nous invite aussi à rappeler des vérités trop souvent méconnues ou passées sous silence, notamment de ce côté-ci de l’Atlantique, sur la France combattante : les durs combats de mai et juin 1940, qui contrairement à ce que l’on enseigne trop souvent aux Etats-Unis et au Canada ont été parmi les plus durs et les plus meurtriers de la Seconde Guerre Mondiale ; la valeur de la Résistance, que le général Eisenhower estimait dans ses mémoires à une force militaire équivalente à 15 divisions au moment du débarquement ; et la contribution des armées et forces françaises dans la libération du territoire national et européen.

Chère Hélène Lebel, pour les services éminents que vous avez rendus à la France, vous avez été décorée de la Médaille de la France Libre, de la Croix du combattant, vous avez reçu le Titre de la Reconnaissance de la Nation ainsi que le diplôme du Général de Gaulle.

Pour votre engagement exemplaire au service de notre pays, le Président de la République a décidé de vous honorer aujourd’hui de notre premier Ordre national et de vous décerner la haute distinction que je vais à présent vous remettre.

Hélène Lebel, au nom du Président de la République, et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur./."

 

link

 

 

Insigne de beret des AFAT (Auxiliaires Féminines de l'Armée de terre)

 

afat.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article