Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

"Il y a 70 ans, ils rejoignaient les Forces navales libres - Pleubian"

6 Novembre 2012 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #FNFL

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Il-y-a-70-ans-ils-rejoignaient-les-Forces-navales-libres-_22085-avd-20121103-63929533_actuLocale.Htm

 

ln56_1320696_1_px_470_.jpg

 

 


 

L'histoire

Le 1 er novembre 1942, Yvon Libouban link   et Marcel Berthou,link    deux jeunes Pleubianais de Port La Chaîne, s'évadaient à bord d'un petit cotre, le Va de bon coeur, pour rejoindre l'Angleterre et s'enrôler dans les Forces navales françaises libres. Paul Berthou, le fils d'un cousin de Marcel Berthou, a raconté cette aventure dans le N° 12 des Cahiers de la presqu'île, en 2007.

Une traversée périlleuse

Les deux courageux avaient repéré ce cotre de 6,20 m, appartenant à Bernard Padel, mouillé à Port-Béni. Évidemment personne n'était dans la confidence et par une nuit sans lune, ils partirent à la godille, puis hissèrent les voiles. Arrivés en pleine mer, ils voulurent démarrer le moteur, mais l'occupant obligeait chaque propriétaire à retirer une pièce du moteur à chaque fois qu'il revenait à terre (pour éviter justement les évasions). Ils le savaient et avaient emporté une pièce de remplacement, mais ce n'était pas la bonne !

C'est donc à la voile et à l'estime qu'ils rejoignirent les côtes anglaises. Mais la traversée ne fut pas de tout repos. La mer était mauvaise et ils furent repérés par un avion allemand qui les mitrailla. Miraculeusement, ils ne furent pas touchés mais lors d'un deuxième passage, ils firent les morts et l'avion n'insista pas.

Blev gwen bien arrivé

Une vedette garde-côte anglaise finira par les prendre en charge. Malheureusement, le Va de bon coeur, trop encombrant pour la vedette, fut coulé. Quelques jours plus tard, la BBC pouvait diffuser le message : « Blev Gwen (cheveux blonds en breton), bien arrivé à bon port ».

Bien accueillis par les Anglais, et après les formalités d'usage (contrôler qu'ils ne sont pas des espions allemands) ils signaient le 20 novembre leur engagement pour la durée de la guerre plus trois mois, dans les FNFL. Après la guerre, tous deux reprirent leur vie simple et firent carrière dans la marine, Marcel Berthou dans la Royale et Yvon Libouban dans la Marine marchande.

« Ils ne furent pas les seuls Pleubianais à partir pour rejoindre l'Angleterre. C'est dommage que, sur la commune, aucun monument, ni même une plaque ne rend hommage à ces hommes courageux », regrette Paul Berthou.

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Le Vezu François 09/06/2014 10:26

Partir à 18 ans , pour garder la liberté de vivre, et de mettre en jeu
leur jeunesse , ,l'honneur d avoir tout risqué et choisir de tout gagner où de tout perdre .Sacrifice de la famille un bel exemple à garder dans nos mémoires.

François.