Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

Héros creusois méconnus de la Seconde Guerre mondiale

27 Mars 2012 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #1ere DFL

 

La Montagne  : http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/departement/creuse/gueret/2012/03/25/heros-creusois-meconnus-de-la-seconde-guerre-mondiale-1126742.html 

 

 

641591.jpg

 

 


 

Jean Bonnet, avec le concours de Mme Viviane Courtin, retrace le parcours de Pierre Durou, de Guéret à l'Afrique et au débarquement en Provence, l'un des Creusois tombés lors des combats hors des frontières françaises.

« Né le 20 septembre 1917 à La Grande Fosse, dans les Vosges, Pierre-Jean Durou vint très jeune habiter Guéret avec sa mère (Creusoise) qui exercera la profession de couturière, faubourg de la Sénatorerie. Toute la jeunesse de Pierre Durou sera guérétoise, dit Jean Bonnet. Le jeune homme rêve peut-être de connaître d'autres cieux, car le 9 octobre 1935, à 18 ans, il s'engage au 7 e Régiment de Tirailleurs Sénégalais.

Le 24 du même mois, il débarque au Levant (Moyen-Orient), au Service général des troupes coloniales. Le 1 er janvier 1937, il est caporal et, le 15 octobre suivant, à Beyrouth, se réengage pour trois ans au 17 e Régiment de Tirailleurs Sénégalais. Le 3 novembre, Pierre Durou est affecté au Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc et nommé caporal-chef le 1 er décembre. Désigné pour la côte française des Somalies, il arrive le 3 février 1939 au 17 e Régiment de Tirailleurs Sénégalais pour lequel il a souscrit un engagement à terme fixe, avant de partir, pour Suez où il arrive le 13, afin d'intégrer la 1 re Division des Français Libres et rejoindre le 21 e Bataillon de Marche créé en janvier 1943. Le caporal-chef Durou participe aux opérations en Tripolitaine au mois de mai, puis à celles de Tunisie et de nouveau à celles en Tripolitaine jusqu'au mois de septembre ».

« Nommé sergent le 31 mars 1944, Pierre Durou embarque à Bizerte le 21 avril suivant, débarquant à Naples trois jours plus tard avec le Corps Expéditionnaire Français du général Juin.

Tombé, avant la libération de Toulon

Le 10 mai, le 21 e BM et deux autres bataillons passent à l'attaque sur les pentes entre la vallée du Liri et le Girofano, dans les Abruzzes. Celle-ci ayant échoué, une nouvelle attaque est lancée le 13 mai au matin. Le 21 e BM, en première ligne, man'uvre dans le brouillard pour réduire la résistance allemande dans une succession d'accrochages rapides et violents, qui s'achèvent l'après-midi par la prise de l'objectif, le village de San Andréa. Blessé au cours des combats, Pierre Durou est évacué. Le 21 e Bataillon de Marche, qui a subi de lourdes pertes, est regroupé à Naples où, le 15 août 1944, il embarque pour participer au débarquement en Provence. Le 21 e BM et Pierre Durou atteignent Cavalaire le 17.

Le 19, le Bataillon s'enfonce en coin dans le dispositif allemand et s'installe aux lisières de Hyères où il pénètre en soirée. Le 21 août, le Bataillon doit épauler les Fusilliers-Marins durement accrochés dans le village du Pradet ; l'ennemi tient solidement les crêtes ; ses automoteurs prennent le Bataillon en écharpe depuis celles du village de La Garde qui sera pris d'assaut en fin de journée. Les 23 et 24 août, ce sera la bataille pour la libération de Toulon. Le sergent Pierre Durou ne la verra pas, tombé le 23 à Pin de Galle, près du Pradet. La médaille militaire lui sera attribuée à titre posthume le 21 novembre 1944. Il repose aujourd'hui dans le caveau familial, à Guéret ».

Paul Colmar


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article