Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

Henri Rovey - Rolf WEINBERG 6 mars 1919 / 23 juin 2011

3 Août 2011 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #1ere DFL

Rolf WEINBERG link  , est décédé le 23 juin dernier.

 

 

 

18032glivor.jpg

 Rolf Weinberg, assis à gauche, à côté de Georges Le Poittevin  link (FNFL)

 

 110715_1110_weinberg_familie_2.jpg

 

R. Weinberg enfant, et sa famille : (source : link )

 

 

" Discours prononcé par Rolf WEINBERG au consulat général de France lors de la remise de documents lui conférant la nationalité française pour services militaires rendus à la France pendant la Deuxième Guerre Mondiale

« Cher M. Bernard COCHERY, consul général de France, cher amiral Jacques LAUNAY, attaché de Défense auprès de l’ambassade de France, chère Mme LAMBERT, officier de l’état civil, Mesdames, Messieurs, chers camarades et amis.
Profondément ému, il m’est difficile de trouver les mots qui pourraient exprimer ce que je ressens en ce moment.
Cela fait aujourd’hui 65 ans et quelques jours que je suis arrivé à Londres, venant d’Afrique du Sud pour rallier les Forces Françaises Libres.
Quand, en 1938, j’ai pu échapper des mains de la Gestapo en Allemagne, j’ai juré la main sur la Bible empaquetée d’urgence par ma mère dans ma valise, que j’emploierai ma vie à combattre les nazis et tout autre organisme antisémite ou antiraciste. Je n’ai jamais failli à ce serment.
A mon arrivée à Londres, le général DE GAULLE m’a fait convoquer à son quartier général, voulant connaître ce jeune homme qui venait de si loin pour se joindre aux Forces Françaises Libres.
Il m’a demandé, je cite ses paroles, « Pourquoi, jeune homme, voulez-vous vous battre avec nous dans les F.F.L. ? »
Je lui ai répondu, avec l’aide du professeur René CASSIN qui était présent à cet entretien « Mon général, j’ai perdu, comme vous-même, par la faute des nazis, tout ce qui m’était cher. Alors nous nous trouvons tous les deux sur le même bateau ! Si je peux aider à libérer la France et l’Europe de cette peste hitlérienne à vos côtés, j’en serai très content. »
Ma réponse a dû certainement lui plaire car il m’a serré la main en disant « Bienvenue aux F.F.L... » Il a donné au professeur CASSIN l’ordre de m’envoyer au camp d’entraînement de Camberley, en insistant pour que je reste à ses ordres, compte tenu de ma connaissance de nombreuses langues que je pouvais parler et comprendre, dont l’allemand, ainsi que des informations que je pouvais lui donner concernant les brutalités de la Gestapo.
Après une mission accomplie au Liban, j’ai été incorporé à la première D.F.L. de la France Libre à El-Alamein.
Après la bataille contre la ligne Mareth en Tunisie, j’ai obtenu une permission de quatorze jours pour rendre visite à ma famille à Tel-Aviv.
De retour à la division, le général Diego BROSSET, sur ordre du général DE GAULLE, m’a convoqué au QG 50.
Après un long entretien en espagnol, langue que nous parlions tous les deux couramment, il m’a informé que j’étais muté au premier DCR, QG 50, une unité considérée comme unité d’élite.
Je me suis trouvé là avec le souslieutenant Pierre PASQUINI. Je pense que rarement pendant cette guerre on n’a pu trouver des êtres aussi humains que Diego BROSSET et Pierre PASQUINI.
J’ai pleuré comme un enfant lorsque le général BROSSET est mort pour la libération de la France.
Après la guerre, je suis resté en contact avec Pierre PASQUINI et nous sommes devenus de bons amis.
Il a joué, à un moment donné, un rôle important dans ma vie.
La perte de ces deux hommes, Diego BROSSET, qui n’avait que 46 ans et Pierre PASQUINI, décédé le 1er mars 2006, a été très douloureuse pour ceux qui les ont connus et se sont battus à leurs côtés.
Nous n’oublierons jamais nos camarades qui ont donné leur vie pour libérer la France de ses occupants méprisables et criminels.
C’est donc pour moi, aujourd’hui, la fin d’un parcours volontaire, d’une épopée mémorable et sensationnelle, à laquelle j’ai eu la chance de survivre et dont je ne regrette rien. » "

Source : www.fncv.com

 

 

Qu'il repose en paix.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article