Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

Georges Brière repose dans une crypte au Mont Valérien

29 Janvier 2013 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #1ere DFL

 
2013012551020745cec07-0-720014.jpg

 
REIMS (Marne). Fils d'un brocanteur, le Rémois Georges Brière, héros de la Nation combattante, donne aujourd'hui officiellement son nom aux lycées Murigny et Croix-Cordier fusionnés.
SYMBOLE de l'engagement, de l'énergie et du courage de la jeunesse au service d'un idéal de liberté, le Rémois Georges Brière, dit « Jojo » (1922-1944) va officiellement donner aujourd'hui son nom aux deux lycées professionnels Val-de-Murigny et Croix-Cordier qui ont fusionné déjà depuis avril 2012.
En lisant l'opuscule qui lui est consacré par son petit-neveu René Dubois et intitulé « Pauvreté ou misère ? Jojo ou Georges Brière » aux éditions La Plume Boissièroise, on comprend pourquoi l'équipe éducative, regroupée autour de Philippe Louges, a choisi de donner le nom de Georges Brière au nouvel établissement.
Volontaire et courageux
Natif de Reims où il a vu le jour le 24 décembre 1922 dans un vieux baraquement de la rue Albert-Schweitzer, Georges Brière est l'aîné d'une fratrie de neuf enfants.
Fils d'un récupérateur brocanteur qui faisait de l'économie sociale et solidaire sans le savoir, le jeune garçon ne passe pas longtemps à l'école des Belges. A 12 ans, il doit distribuer les journaux chaque matin. Volontaire, ado, il prend des cours du soir à Jolicœur (aujourd'hui le lycée Roosevelt).
Il veut devenir charpentier. La guerre ne lui en laissera pas le temps. Humilié par la débâcle de mai 1940 et refusant l'Armistice, il traverse la Ligne de démarcation et s'engage dans la Marine à Toulon en février 1941, d'abord comme « canonnier défense contre avion d'Oran » puis dans le 1er régiment des fusiliers marins de la France Libre.
Mitrailleur sur jeep durant la campagne d'Italie et malgré une santé précaire, il fait partie des libérateurs des Vosges et de l'Alsace.
Malheureusement grièvement blessé lors d'une contre-attaque à la Chapelle-sous-Rougemont (Territoire de Belfort), il meurt le 25 novembre 1944. Médaillé militaire, Croix de Guerre 39/45 avec palme, titulaire de plusieurs citations pour son dévouement, son courage, son sang-froid et son mépris du danger, le Rémois, en temps qu'ancien soldat des forces de la Marine, eut l'honneur en 1960 d'être choisi avec quinze autres héros représentant tous les corps de troupe de la France Libre pour reposer dans la crypte d'un mémorial de la France combattante au Mont Valérien (commune de Suresnes.)
Juste retour des choses
« Comm'c'est drôl'aujourd'hui d'voir ton nom sur ta terre
Aux frontons d'deux écoles, deux lycées populaires
Où l'espoir d's'en sortir construit notre lumière…
Un juste retour des choses d'la pensée ouvrière »,
note René Dubois dans un texte appelé « Slam à Jojo ».
Ce n'est pas drôle, c'est un juste retour des choses pour ce garçon qui s'est battu pour progresser en prenant des cours du soir dans un contexte familial pas forcement porteur.
Et dans cet esprit, le lycée Brière entend bien réussir avec son dispositif « microlycée » sa lutte contre le décrochage scolaire. Ce n'est pas un hasard non plus quand on sait, qu'aujourd'hui, le lycée Brière permet de préparer des bacs pro aux métiers de la marine.
Alain MOYAT

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article