Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de francaislibres.over-blog.com

Exposition Margueritte Paulet, aquarelliste et épouse de Français Libre

27 Mai 2011 , Rédigé par francaislibres.over-blog.com Publié dans #La France Libre

Marguerite Paulet

du 11 juin au 18 septembre, maison des archers

Marguerite Krebs naît à Quimperlé en 1900. Très jeune, elle suit des cours d’art à Paris et devient une aquarelliste experte. Epousant Edouard  Paulet en 1920, Marguerite enrichit son savoir-faire aux lieux où l’entraîne son mari : la Provence, Nantes, Douarnenez, Quimper. Mais il y aura sans cesse de longs séjours à Quimperlé ; c’est là que s’exerce au mieux sa sensibilité touchant à la ville, aux marchés et à leurs acteurs, aux  plages du Pouldu.

L’exposition présente une large sélection (une centaine de petits tableaux) des oeuvres crées à Quimperlé et aux environs ; plusieurs périodes de l’artiste s’y distinguent, des visions enjouées de la jeunesse aux tournures plus mélancoliques des années de veuvage. Marguerite Paulet décède à Quimperlé en 1979.

Les villes de Douarnenez et Quimper organisent des expositions de la même artiste, où les amateurs pourront contempler d’autres oeuvres complétant un panorama de la Cornouaille. Tout cela est repris dans un livre-catalogue.

Maison des Archers
Rue Dom Morice
Ouvert tous les jours sauf le mardi,
de 10h à 12h et de 14h30 à 19h

link

 

Marguerite Paulet est l'épouse d'Edouard Paulet link , disparu du Nino Bixio, et la tante de la résistante Marie Henriette Chammings link

 

Extrait de "J'ai choisi le tempête" de Marie Henriette Chammings

" Tante Guite n'attendait plus son mari, parti de Douarnenez en 1940 avec un groupe de jeunes gens sur un thonier. D'Angleterre il était descendu vers la Syrie, puis avait rejoint l'Egypte, avait été pris à Bir-Hakeim, et embarqué sur un bâtiment italien, le Nino Bixio. Celui-ci avait été tor­pillé par des Anglais le 17 août 1942, et l'oncle Edouard, mon parrain, avait terminé sa guerre dans les eaux tièdes de la Méditerrannée. Nous ne savions rien de son périple et de sa mort, le message de la Croix-Rouge annonçant seulement qu'il avait disparu. Ma tante avait traversé des jours sombres depuis ce mois de juin 1940 où elle s'était trouvée seule avec sept enfants à élever, dont cinq garçons et la toute petite Edith. Ma cousine Anneck l'avait épaulée comme un homme. Les amies venaient nombreuses la réconforter; l'une d'elles surtout, Yvonne, lui redisait mois après mois la gran­deur du choix de son mari. Mon père, ma mère et ma tante s'aimaient beaucoup. D'ailleurs la famille, dans son ensemble installée en Cornouaille, se tenait. "

 

22202_1.jpgPhoto extraite de link, pages internet sur l'artiste

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article